J.D. Williams : presqu’icône gang related

J.D. Williams a une vraie tête d’ange, l’œil qui frise, le sourire charmeur. Ça fait maintenant une quinzaine d’années que les meilleurs réalisateurs de séries utilisent sa jolie bouille pour jouer les petites frappes attachantes. Par contre, il se fait toujours descendre pendant la quatrième saison, une fois qu’on le connaît bien. Vous êtes prévenus.

C’est dans la très théâtrale série carcérale, Oz, qu’il se fait connaître. Il joue Kenny Wrangler, le détenu le plus jeune de la prison, membre des Black Gangsta. C’est un jeune père drogué de seize ans, dépendant des plus forts de son gang. Ultra-violent et peu futé, Kenny est un des personnages les plus douloureusement drôles de la série, et c’est grâce au talent de Williams. Kenny reste aussi celui pour qui le Directeur, Mac Manus, a encore un espoir de réinsertion :

C’est dans la série The Wire que J.D. Williams approfondit son jeu en jouant Bodie Broadus, personnage quasi jumellaire du premier : jeune, paumé, dealer, mais dans la cité et plus futé. Il incarne le gars qui peut mettre une balle dans la tête de son pote pour éviter les questions. La vidéo qui suit est la seule que j’ai pu affilier au blog. The Wire, ça ne rigole pas avec le partage. Elle montre une scène culte de la série où J.D. Williams, Bodie (sur la droite) et un autre jeune, Wallace, apprennent les échecs en deux minutes, en face à face (sous-titré) :

Cette scène introduit la réflexion qui mènera Bodie à accepter de descendre son ami Wallace, quelques épisodes plus tard, dans un des épisodes les plus durs et tristes de la série.

Alors presqu’icônique seulement J.D. Williams, parce que même si il vieillit, il incarne toujours bien la petite frappe et qu’on l’adore dans ce rôle. On l’y retrouve encore dans The Good Wife où il a pris un peu de grade et porte la cravate. Sa finesse de jeu mériterait un rôle aux antipodes, pour voir. Peut-être est il  temps de changer d’agent pour celui de ses anciens collègues de The Wire, qui lui tracent la voie : Idris Elba concourt pour être le nouveau James Bond, quant à Michael B. Jordan (Wallace) sa carrière explose (il était le sujet initial d’un post, mais j’ai été devancée en Aout par les Inrocks puis un peu partout, je vous recommande  plus particulièrement : http://www.surlmag.fr/fuck-yeah-michael-b-jordan/).

bodieWilliams a beaucoup de recul quant à l’incarnation de ces personnages récurrents. Il participe aux manifestations de New York contre le « Stop and Frisk », institution de la police américaine qui dérape trop souvent, à balles réelles, sur de jeunes afro-américains. Ce genre d’interventions musclées, il explique bien les connaître. Les policiers le repèrent à chaque fois : ils l’ont déjà vu à l’écran, mais le temps qu’ils se souviennent qu’il est comédien… Il a souvent déjà volé sur la voiture avec les menottes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s